Effectifs sur l'île

Environ 150 ruches

Productions

Essaims, reines

Miel d'Ouessant : Environ 1 à 2t récoltées/an

Carte d’identité de la race

  • Abeille Noire d’Ouessant : Race pure d’un écotype local de l’Abeille Noire d’Europe occidentale ( Apis mellifera mellifera)
  • Provenance des souches initiales : Monts d’Arrée, région des Abers et la Roche Maurice.
  • Grande taille, abdomen large et volumineux, poils nombreux et longs (transport du pollen facilité dans les intempéries). Pigmentation sombre pour une meilleure absorption solaire, ailes et muscles thoraciques puissants pour travailler dans le vent.

Berceau de race : Bretagne et Pays de Loire

Les atouts de l'Abeille Noire

  • Capacités d’adaptation et rusticité : grand taille et accumulation importante de provision de graisse permettant de gérer la rigueur hivernale. Capacités de prospection de nourriture : jusqu’à 3 km de rayon.
  • Grande stabilité sur le cadre. Comportement doux et serein sur les îles, s’opposant à un caractère plus agressif sur le continent.
  • Lignée de race pure, indemne du varroa et de la loque américaine et de toutes viroses.

Son histoire en quelques dates clés...

1978 : Un apiculteur amateur passionné, Georges Hellequin, réintroduit les deux premières ruches sur Ouessant qui avaient disparu pour une raison indéterminée.

1987 : Quelques pionniers, craignant l’arrivée imminente du varroa sur le continent, placent l’écotype local breton hors d’atteinte à Ouessant. L’océan séparant l’île des côtes finistériennes de plus de 20 km, il constitue une barrière infranchissable pour le prédateur et le seul isolat géographique possible. En l’absence de cultures sur l’île, le rucher est aussi indemne de tout produit pesticide.

1989 : L’Association conservatoire Abeille Noire bretonne "Kevredigezh Gwenan Du Breizh" est créée.

1991 : L’Association obtient u n arrêté municipal interdisant l’introduction de colonies, reines ou essaims du continent sans accord préalable, pour éviter toute hybridation. Des mesures d’hygiène sont prises : tout matériel entrant sur l’île doit être neuf.

1995 : Une carte d’identité de l’écotype local est établie par un protocole de mesures biométriques et tests sur plus de 100 souches durant 4 ans.

2005 : Installation d’un rucher au Parc Naturel Régional d’Armorique, au domaine de Menez meur.

2006 : Une équipe du CNRS, menée par L.Garnery, démontre par des tests que l’abeille noire d’Ouessant constitue la race pure de la lignée d’Apis mellifera mellifera.

2008 à 2010 : Embauche d’un technicien apicole à temps partiel pendant la saison. Passage à temps plein en 2011.

2011 : Signature d’une convention de mécénat environnemental « Développement Durable » avec la fondation Guerlain.

2013 : Distinction de la collaboration avec Guerlain par le Ministère du Développement durable : prix spécial « coup de cœur du jury » des trophées du mécénat d’entreprise.

Historique et missions de l'association conservatoire

L’Association conservatoire Abeille Noire bretonne « Kevredigezh Gwenan Du Breizh » existe depuis 1987. Elle assure la gestion des ruchers conservatoires d’Ouessant et assure la diffusion des reines et essaims élevés sur l’île pour alimenter les élevages du continent. Elle a pour objet de maintenir et renforcer la protection sanitaire tout en préservant la diversité génétique du patrimoine actuel de l'abeille noire écotype breton. L’association participe à des actions spécifiques : "abeille sentinelle de l'environnement" initié par l'UNAF, "Plan de sélection régional". Le conservatoire d’Ouessant est un outil capital à la recherche scientifique apicole, car il est capable de fournir une abeille noire non hybridée, unique en Europe, exempte de virose et de parasite, évoluant dans un environnement sain et diversifié. Cette abeille pure sert ainsi de témoin blanc à de multiples expérimentations françaises et européennes. Enfin, l’association mène une mission de sensibilisation du grand public à la sauvegarde de l'abeille domestique, à travers une présence sur des évènements relatifs à l’environnement ou la biodiversité, et à travers son exposition itinérante.

Aujourd’hui, on peut voir les effets bénéfiques de cette conservation ; dans une colonie, on estime la perte à la fin de l’hiver à environ 3% lorsqu’elle peut atteindre 30 à 40 % sur le continent.

Parmi les projets en cours :

  • Le Conservatoire est actuellement mobilisé pour éviter l’installation de ruches en projet sur l’île de Molène, située entre Ouessant et le continent (projet tentant de voir le jour depuis plusieurs années). L’installation de ruches à Molène pourrait être fatale à la préservation de la race pure indemne des maladies et parasites ; l’hybridation par d’autres races, jusque là écartée, pourrait alors devenir possible du fait du moindre éloignement géographique entre Molène et Ouessant.

  • Un travail en cours vise à réussir à poser un cadre juridique et une reconnaissance nationale au Conservatoire de l'abeille noire d'Ouessant quant à son exception sanitaire en Europe et dans le monde.

Effectifs sur l'île

Environ 150 ruches

Productions

Essaims, reines

Miel d'Ouessant : Environ 1 à 2t récoltées/an