Effectifs

343 femelles

82 éleveurs

 

Productions

Viande de veau (veau sous la mère) et de boeuf

 

Carte d’identité de la race

  • Taille : 1,30 m - 1,40m environ au garrot - Poids vif moyen : 600-700 kg (vaches) – 800  à 1000 kg (taureaux)
  • Robe rouge entre marron foncé et acajou – cornes en croissant vers l’avant. Muqueuses claires, bout de la queue blanche.
  • Bonne mixité de race

Berceau de race : Centre Bretagne

Les atouts de l'Armoricaine

  • Une vache très douce et docile (remarquable en conduite allaitante), facile à conduire
  • Rusticité, très bonne adaptation au plein air
  • Dépôt de gras assez important – viande très persillée, de qualité
  • Bonne mixité de race

Repères technico-économiques

Lire la fiche technique 2014 "Amoricaine"

Où trouver ses éleveurs et ses produits?

Accédez aux coordonnées des éleveurs sur le site de la vache Armoricaine

Acheter ou vendre une Armoricaine

Son histoire en quelques dates clés...

XIX ème siècle : Du type bovin breton, est sélectionnée progressivement une population à robe blonde ou froment au Nord de la Bretagne sur les régions côtières et à robe rouge plus à l’intérieur des terres (future bretonne pie rouge), plus grande que la variété de l’intérieur des terres et du Sud (future bretonne pie noir).

1840 : Les croisements avec les taureaux Durham commencent sur cette population dite "Bretonne pie rouge" ou "Pie-rouge de Carhaix"

Tout début du XXème siècle : Cette population, ainsi fixée, prend le nom d’Armoricaine

1919 : Création de la Société des éleveurs de la race Armoricaine – création du livre généalogique de la race

1923 : La race participe pour la première fois au Concours Général Agricole de Paris

1934 : 360  000 vaches Armoricaine sont recensées en Bretagne

1962 : Naissance d'un projet de fusion entre la race Maine-Anjou et la race Armoricaine  : la "Fédération Rouge de l’Ouest" est créée, avec pour projet futur de créer une grande race européenne, la Pie Rouge européenne des plaines, par l'agrégation des races MRY et Robunt.

1969 : Premier concours de la race "Rouge de l’Ouest". Une scission entre la Maine Anjou et les autres membres de la fédération est alors observée.

1970 : Un livre généalogique de la "Pie Rouge des plaines" est créé, regroupant l’Armoricaine, la MRY et la Robunt. L’Armoricaine, "invoquant le passé", est très vite évincée.

1978 : Recensement des races menacées  ; l’Armoricaine est détectée comme étant en voie d’extinction. On découvre la semence congelée de 14 taureaux armoricains dans les centres d’insémination. Un registre d’inscription est mis en place par l’Institut Technique de l'Elevage Bovin (aujourd'hui Idele, Institut de l'Elevage).

1981 : 47 vaches Armoricaine sont inscrites au registre. Le programme de conservation continue, et permet une relance progressive de la race.

2010 : Création de l’association des éleveurs de la race bovine Armoricaine, qui prend la suite du précédent syndicat de race.

Historique et missions de l'association de sauvegarde

L’Association des éleveurs de la Race bovine Armoricaine , créée en 2010, met en œuvre différentes actions pour la conservation et la promotion de la race. L' aide financière aux éleveurs consiste en des remboursements des Inséminations Animales en race pure, ainsi que la prise en charge du typage génétique des taureaux armoricains utilisés en monte naturelle, et l'octroi d'une prime à la génisse vêlée (75€). Le programme génétique autour de la race vise le  Remplacement des vieux taureaux d’insémination, et l'aide à la pose d’embryons. La promotion de la race est effectuée grâce à la présentation d’animaux à des salons et comices, et la communication autour de la race via le Site internet de l'association, et la réalisation de plaquettes et posters de communication. Le suivi généalogique et génétique est géré par l’Institut de l’Elevage au sein de l’OS races bovines en conservation.

Parmi les projets en cours :

  • Un questionnaire auprès des éleveurs pour caractériser les élevages et récolter les attentes des adhérents de l’association

  • La Recherche du gène culard découvert dans la race en 2011  : prise en charge du coût d’analyses pour la recherche du gène, conditionnalité du versement du remboursement de l’IA aux éleveurs souhaitant produire du culard…

Effectifs

343 femelles

82 éleveurs

 

Productions

Viande de veau (veau sous la mère) et de boeuf