Effectifs

2500 femelles

450 éleveurs dont environ 70 professionnels

Productions

Produits laitiers : Gwell, tommes, caillés lactiques, yaourts, fromage blanc, beurre..

Viande de veau de lait sous la mère et de boeuf

Carte d’identité de la race

  • 1,17m au garrot (plus petite race bovine française) - Poids vif moyen : 350-450kg (vaches) – 600 kg (taureaux)
  • Robe pie noir
  • 3590 kg de lait/lactation adultes corrigées en moyenne au CL - TB 43,9 ‰- TP 33 ‰ (données 2006)

Berceau de race : Sud Finistère et Morbihan

Les atouts de la Bretonne Pie Noir

  • Facilité de vêlage, Fertilité (IA/IAF=1,4), qualités maternelles, longévité
  • Qualités de rusticité : qualité et solidité des aplombs, résistance aux maladies, adaptation aux conditions difficiles et aux amplitudes thermiques
  • Très bonne adaptation aux ressources disponibles
  • Lait riche et hautement fromageable, à l’origine d’une grande variété de produits typés : gwell, tommes, caillés lactiques, yaourts et fromage blanc, beurre...

Repères technico-économiques

Lire la fiche technique 2014 "Bretonne Pie Noir"

Où trouver ses éleveurs et ses produits ?

Accéder aux coordonnées des éleveurs sur le site de l'Union Bretonne Pie Noir

Acheter ou vendre une Bretonne pie noir

  • Contact du bénévole de l'association en charge de la diffusion des annonces d'achat/vente : Jean Boucher : 06 04 46 15 57 - bpn.bretonnepienoir@orange.fr
  • Pour un projet d'installation professionnelle : contactez la Fédération des Races de Bretagne

Son histoire en quelques dates clés

1840 env . : Introduction de la race Durham en Bretagne pour l’amélioration des races bretonnes – les croisements se font de plus en plus fréquents

1862 : La population "bretonne" est la première race de France.

1884 : Fondation du livre généalogique (ou "Herd-Book") de la race Bretonne Pie Noir (la race est alors différenciée)

1900 : C'est l' apogée de la race : 700 000 vaches bretonnes sont recensées

1919 : Reprise du Herd-Book fondé en 1884, et création de la Société des Eleveurs de la Race Bretonne Pie Noir

1958-1960 : La situation de la race se dégrade rapidement

1975 : Seulement 15 000 vaches, souvent âgées, subsistent. La régression des effectifs s’accélère. L’extinction est programmée pour 1980 si rien n’est fait.

1976 : Lancement du programme de sauvegarde de la Bretonne Pie Noir, le 1 er plan national de sauvegarde d'une race bovine

1980 env. : Des nouveaux installés retrouvent la recette d'un lait fermenté traditionnel de Bretagne : le laezh téo, ou "gros lait"

1990 : Recrutement d’un technicien au Parc Naturel Régional d'Armorique, Jean Sergent, chargé du suivi du programme de la race

1999 : Adoption d’un programme de relance et de valorisation de la race par le Syndicat des Eleveurs

Création de la marque collective "Gwell" pour le gros lait.

2003 : Adoption d’un nouveau programme de sauvegarde génétique : accouplements à parenté minimale, augmentation de la fréquence des gènes rares pour éviter leur extinction totale, maximisation du nombre de taureaux d’IA disponibles la même année.

2006 : Le programme de relance est à nouveau acté

2008 : Suite à la réforme de la Loi sur l'Élevage par la Loi d'Orientation de l'Agriculture du 5 janvier 2008, l’Organisme de Sélection de la Race Bretonne Pie Noir est créé, et prend le nom d’ "Union Bretonne Pie Noir" (UBPN)

2008 : Début de l’appui du CRAPAL, Conservatoire des Races Animales en Pays de Loire

2010 : La Race Bretonne Pie Noir devient produit Sentinelle Slow Food

Historique et missions de l'association de race

Le Herd book (ou livre généalogique) a été crée en 1884 : un des plus vieux livres généalogiques de France !

En 1884, l'administration et notamment les Préfets du Morbihan et du Finistère appuient la constitution de l’un des plus vieux livre généalogique (ou "Herd-Book") de France ; le Herd-Book de la race Bretonne Pie Noir est ainsi créé, avec le concours des Sociétés d'Agriculture locales et des différents Conseil Généraux qui participent au financement. La société des Eleveurs de la Race Bretonne Pie Noire prend le relais du livre généalogique en 1919. Progressivement tombée en sommeil à partir des années 60, en lien avec le déclin de la race, elle est remobilisée dans le cadre de l’étude de terrain préalable à l’élaboration du plan de sauvegarde de 1975. Entre 1982 et 1989, un technicien du contrôle laitier du Finistère est mis à disposition, à temps partiel, auprès de la Société des Eleveurs. En 1990, le Parc Naturel Régional d’Armorique (PNRA) reprend les missions d’animation en embauchant un animateur dédié. Sollicité par d’autres syndicats et associations de races, il étend progressivement son appui à d’autres races qui en font la demande, la Race Froment du Léon et le Porc Blanc de l’Ouest notamment. Les actions menées par l’association vont au-delà des seules missions réglementaires, puisque le conseil d'administration a acté, en 1999, puis à nouveau en 2006, la mise en œuvre d'un programme de relance de la race, visant à inscrire son développement dans le cadre d'installations professionnelles. En 2008, l’association prend le statut d’Organisme de Sélection (OS) et devient l’Union Bretonne Pie Noir.

L’association est particulièrement active et mobilisée autour d'actions visant à redynamiser l'animation sur le terrain (réunions d'éleveurs départementalisées, les "bouts d’étable"), à informer et relier les éleveurs (bulletin de liaison "Bonne Pour Nous" - site internet), à caractériser les systèmes d'élevage, à promouvoir, en participant à différentes manifestations, et à valoriser la race et ses produits (démarche sentinelle Slow Food). Un programme de soutien à l'élevage mis en œuvre dès le départ du programme de conservation en 1976, prend en charge financièrement les IA (contrepartie du plan IA imposé). Elle finance à hauteur de 85% les frais de contrôle laitier à des fins d'évaluation du potentiel de la race. La tenue du fichier racial ainsi que l'encadrement zootechnique et génétique sont assurés par l'INRA de Jouy-en-Josas (JJ. COLLEAUX et S. MOUREAUX).

Parmi les projets en cours :

  • Réflexion sur le plan d’accouplement actuel (taux de respect, pertinence vis-à-vis des objectifs, évolution possible des critères, …etc) : Stage de Florian Hingouët (BTS PA) en cours

  • Commission viande : améliorer la caractérisation et la qualité de la viande de BPN

  • Commission lait : Réfléchir à l'amélioration de la démarche qualité autour de la marque collective "gwell"

  • Promotion et communication sur la professionnalisation des élevages

Effectifs

2500 femelles

450 éleveurs dont environ 70 professionnels

Productions

Produits laitiers : Gwell, tommes, caillés lactiques, yaourts, fromage blanc, beurre..

Viande de veau de lait sous la mère et de boeuf